Courant alternatif ou continu

Pour l'indépendance énergétique, la question de l'électricité se pose assez rapidement.

Dans les nombreuses choses que l'on peut voir, entendre ou lire, le principe d'un réseau en 12 V ou 24 V continu est généralement mis en avant.
Il est vrai que cela représente quelques avantages :

  • le danger de l'électrisation est moindre (rien que sur ce point, il faudrait bien détaillé)
  • il apparaît plus facile de mettre en place des appareils qui utilise du courant continu, notamment ceux pour camping-car ou camion.

Mais on oublie le point central de l'utilisation de l'alternatif : l'effet joule.

Le courant est l'expression du déplacement d'électron entre les atomes du métal utilisé comme support (cuivre ou aluminium généralement). Pour simplifier, comme pour tout déplacement, il y a des frictions et donc de l'échauffement : l'effet joule.

Comme toute énergie, elle n'apparaît pas par magie, ni disparaît comme telle : il y a toujours échange ou transformation (principe des lois de la thermodynamique).
Or, s'il y a de l'effet joule (de la chaleur), c'est de l'énergie en moins que vous aurez pour vous en servir : on souhaite donc limiter au maximum cet perte. En courant alternatif, cet effet est extrêment diminué par rapport à son homologue en continu.

Il faut donc voir le courant continu comme une utilisation finale, d'autant plus si vous devez le transporter relativement loin (de toute manière, au-delà de 20-25m, ça devient vite compliqué). Votre installation est donc en alternatif de part en part, pour une utilisation optimale et, suivant vos besoins, des terminaisons ponctuelles en continu.

Petit complément : nous avons vue que l'effet joule produit de la chaleur. Si vous utilisez le courant continu d'une mauvaise façon, il y a un risque d'incendie plus élevé qu'avec l'alternatif.

 

 

Photo par israel palacio sur Unsplash
Publié dans Construction, Energie 20 nov 2019